L'ASSOCIATION FRANCAISE DES CENTRES DE CONSULTATION CONJUGALE

Qui sommes nous ?

L’Association Française des Centres de Consultation Conjugale est reconnue d’utilité publique par le décret du 27 février 1968.

Ses objectifs :

  • Aider les personnes dans l’évolution de leur vie affective, sexuelle et sociale, spécialement dans leur relation de vie de couple et de la famille, et ce dans le respect de la liberté de chacun.
  • Favoriser la formation, la réflexion et la recherche dans une approche pluridisciplinaire, avec des praticiens concernés par le couple et la famille. La psychanalyse est la référence de l’association avec l’éclairage d’autres approches.

Si vous souhaitez nous rejoindre, vous pouvez télécharger le bulletin d’adhésion à l’AFCCC logo pdf

Si vous souhaiter figurer sur le site de l'AFCC et/ou dans la revue "Dialogue", vous pouvez télécharger le bulletin d'inscription logo pdf

Notre histoire

Dès 1961, autour du docteur Jean-Georges LEMAIRE, psychiatre et psychanalyste, un petit groupe de praticiens de la santé et du travail social a ressenti la nécessité de répondre aux questions nouvelles posées par les difficultés psychologiques rencontrées par les familles et les couples.

L’Association Française des Centres de Consultation Conjugale est reconnue d’utilité publique en 1968 (décret du 27/02/1968) et agréée comme organisme de formation en 1977.

A cette époque l’évolution de la notion de couples, le développement des nouvelles formes de vie commune, ont conduit l’AFCCC à créer de nouveaux services :

  • Accompagner les personnes dans l’évolution de leur vie affective, sexuelle et sociale, spécialement dans leur relation de couple et de famille, ce dans le respect de la liberté de chacun en toute confidentialité et neutralité.
  • Pour être au plus près du public, les conseillers conjugaux et les thérapeutes de couples de l’AFCCC sont présents dans les centres sociaux, les services de la protection maternelle et infantile, les mairies & hôpitaux, tribunaux, en cabinet libéral, etc …Ils se sont naturellement insérés dans le réseau des acteurs sociaux, entraînant l’adhésion de l’AFCCC auprès de nombreuses associations œuvrant dans le même secteur
  • En 1977, l’AFCCC agrée comme organisme de formation, favorise la formation, la réflexion et la recherche par une approche pluridisciplinaire avec des praticiens concernés par le couple et la famille.

Nos projets et valeurs

Parce que:

  • les modèles du masculin et du féminin sont en pleine mutation, entraînant de profonds changements dans la vie des couples.
  • les systèmes familiaux se complexifient faisant évoluer l’exercice de la parentalité.
  • la sexualité est à l’origine de la vie et au cœur de notre identité.
  • tous ces sujets nécessitent des professionnels ayant suivi une formation spécifique.

Projet de l’AFCCC

Accueillir toute demande de personnes pour les accompagner dans l’évolution de leur vie affective, sexuelle et sociale, dans leur relation de vie de couple et de famille, et ce dans le respect des choix de chacun. Mettre en place une veille citoyenne afin d’interpeller les pouvoirs publics et leur proposer des actions novatrices adaptées à l’évolution des modes de vie et aux phénomènes sociaux émergents. Développer la formation, et la recherche dans une approche pluridisciplinaire, avec des praticiens concernés par le couple, la vie affective, la sexualité, la famille.

Valeurs et références de l’AFCC

Apolitique et non confessionnelle, l’AFCCC garantit le respect de la personne par la bonne mise en œuvre d’une charte reposant principalement sur la confidentialité, le non-jugement, le respect de la dignité des personnes et de leur appartenance culturelle et religieuse.L’afccc prend en compte les différentes formes de vie conjugale, familiale et affective qui sont aujourd’hui très diverses.La psychanalyse reste la référence en ce qui concerne la clinique des praticiens formés. Par la recherche et les publications, l’AFCCC suit l’évolution de la pensée psychanalytique appliquée au couple et au groupe, en particulier au groupe familial et institutionnel. D’autres disciplines viennent éclairer d’autres aspects des questions abordées, dans le champ du médical et psychiatrique, des sciences humaines, du travail social et de la justice.

Notre Conseil d'Administration

MEMBRES DU BUREAU

Président : Vincent GARCIA, Psychanalyste

Vice-Présidente : Julie LADO, Avocat Barreau de Paris

Secrétaire : Maryse PASCAU, Conseillère Conjugale et familiale,

Trésoriere : Colette TRUPTIL

Secrétaire de l’Institut de Formation : Bahija EL HAJ

MEMBRES DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Administratrice : Madame Isabelle ALLAVOINE, Conseillère Conjugale et Familiale

Administratrice : Madame Marie BASTIN, Formatrice et Coach

Administratrice : Madame Marlène FRICH, Thérapeute de couple, Conseillère Conjugale et Familiale, Formatrice

Administrateur : Monsieur Daniel GALLAND, Psychologue

Administrateur : Monsieur Jacques LIEUTAUD, Retraité

Administratrice : Madame Cathy SAULNIER, Conseillère Conjugale et Familiale, Psychologue, Formatrice

Notre charte de déontologie

Code de déontologie des Conseillers Conjugaux et Familiaux (C.C.F.), des Cliniciens Psychanalytiques de Couples (C.P.C.) et des Médiateurs Familiaux (M.F.)

  • Les règles du Code de déontologie sont enseignées à tous les candidats aux professions de C.P.C. – C.C.F et M.F.
  • Dans l’exercice de sa profession, le C.P.C. – C.C.F et M.F. s’engage à ne mettre en œuvre que des moyens qui respectent la dignité humaine.
  • Le C.P.C – C.C.F et M.F. se réfère dans ses actes à l’éthique de sa profession qui lui commande d’analyser, de comprendre et non de juger. En aucun cas, il ne cherche à imposer son point de vue à son consultant.
  • Le C.P.C. – C.C.F. et M.F. condamne l’utilisation des notions de « normal » et de «pathologique » à des fins répressives dans le domaine politique et social, dans quelque pays que ce soit.
  • Il est conscient de la nécessité d’être prudent, en particulier quand son action fait intervenir des notions relatives à la normalité et à la pathologie.
  • Le C.P.C – C.C.F. et M.F. est soumis à la règle du secret professionnel. Cette règle doit s’appliquer dans des conditions analogues à celles qui sont définies par la loi n° 20006916 du 19 septembre 2000 (art : 225-13 du Code Pénal) et loi n°2004-1 du 2 janvier 2004 (art – 226-14 du code pénal) sur le secret professionnel. Le secret doit être sauvegardé aussi bien dans les paroles que dans la conservation et la diffusion des documents.
  • Le C.P.C. – C.C.F. et M.F doit faire en sorte que les éléments issus de son travail (comptes-rendus, conclusions, rapports, exposés etc.) soient toujours rédigés, présentés et classés de manière à préserver et conserver ce secret.
  • Dans sa coopération avec d’autres spécialistes, également soumis au secret professionnel, le C.P.C., C.C.F et M.F. partage avec eux, les informations strictement nécessaires à la prise en charge en équipe d’un consultant.
  • Il veille à sauvegarder le secret de l’identité des personnes lors de la constitution de fichiers de données, en conformité avec la loi du 6 avril 1978, relative à l’information et aux libertés.
  • Dans ses relations avec les autres professions ou organisations ou collectivités, le C.P.C, C.C.F. et M.F. fait en sorte que sa fonction ou sa mission soit perçue le plus clairement possible.
  • Dans son activité professionnelle, lorsque le C.P.C, C.C.F. et M.F. se trouvent en présence d’intérêts divergents, il doit tenter d’éviter de nuire à l’une quelconque des parties en cause.
  • Bien entendu, il se refuse à utiliser des moyens professionnels lui assurant des avantages personnels au détriment d’autrui.
  • Le C.P.C – C.C.F. et M.F. doit présumer des conséquences directes et indirectes de ses interventions et tenir compte de leur utilisation possible par des tiers notamment.
  • Il transmet aux tiers concernés les informations demandées qu’il estime nécessaires, à la condition de ne jamais être en désaccord avec les principes déontologiques énoncés dans le présent Code.
  • Le C.P.C – C.C.F. et M.F. se garde de restreindre l’autonomie d’autrui et, en particulier, ses possibilités d’information, sa liberté de jugement et de décision. Il assure son autonomie dans l’usage de ses techniques et de ses protocoles de recherche. Il refuse tout engagement que l’état présent des techniques ne lui permet pas d’assumer.
  • Il est responsable du choix et de l’application des méthodes qu’il emploie. S’il désire diffuser des techniques psychologiques mises au point et testées par ses soins, il vérifie que les contrats commerciaux proposés stipulent explicitement que les dites techniques ne seront pas employées à des fins en désaccord avec les principes déontologiques énoncés dans le présent Code.
  • Le C.P.C. – C.C.F. et M.F. s’oppose au détournement des savoirs et des techniques psychologiques à des fins qui ne sont pas en accord avec les règles déontologiques. La diffusion de ces savoirs et techniques doit se faire en particulier dans des conditions garantissant leur utilisation dans le respect de ces règles.
  • Le C.P.C – C.C.F. et M.F. n’accepte pas des conditions de travail portant atteinte à l’application des principes déontologiques énoncés dans le présent Code. Il fait respecter cette déontologie quelle que soit sa position hiérarchique dans sa situation de travail.
  • Chaque C.P.C. – C.C.F. et M.F. a le devoir de soutenir ses confrères dans la défense de la déontologie.
  • Le professionnel C.P.C – C.C.F et M.F. doit être vigilant à respecter le cadre de son intervention propre, en connaissance de celui de ses confrères à qui il doit savoir passer la main quand il atteint la limite de sa propre compétence.

Les organismes de tutelle

L’Association Française des Centres de Consultations Conjugales est reconnue d’utilité publique en 1968 (décret du 27/02/1968) et agréée comme organisme de formation en 1977.

Agréée par les :

  • Ministère des solidarités et de la santé
  • Ministère du travail
  • Secrétariat d’état chargé de l’égalité entre les hommes et les femmes
  • Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • Ministère de l’éducation nationale

L’association bénéficie des Subventions de l’état :

  • Ministère des affaires sociales et de la santé

L’association a des représentants dans les instances officielles représentatives :

  • Association Nationale des Conseillers conjugaux et Familiaux (ANCCEF)
  • Le Collectif des Etablissements d’information de conseil conjugal et familial
  • Conseil Supérieur de l’Information Sexuelle (CSIS)
  • Fédération Nationale de la Médiation Familiale (FENAMEF)
  • Association pour la Promotion de la Médiation Familiale (APMF)
  • Comité National de Pilotage des Réseaux d’Ecoute, d’Appui et d’Accompagnement des Parents
  • Institut de Psychanalyse de Couple (IPSYC) , membre de l’Association
  • Internationale de psychanalyse de Couples et de Familles
  • FAPAG : fédération des associations de psychothérapies analytiques de groupe (FAPAG)

Organisme formateur numéro 11 94 02 13994 auprès du Préfet de la Région Ile-de-France.
Code APE : 8559 A
Numéro Siret : 775 689 060 00074