DIALOGUE 2018

219 L’aide médicale à la procréation, enjeux et défis
Jean-Pierre Durif-Varembont et Ouriel Rosenblum

Dans le cadre des fécondations in vitro (FIV) et de l’insémination avec donneur (IAD), l’intervention technique du tiers médical, qui l’emporte sur la sexualité procréatrice,
la temporalité particulière qu’elles exigent ne vont pas de soi.
Depuis plus de quarante ans, la France a organisé l’IAD sur trois principes sous-tendus par une certaine représentation sociale de la famille :
1) La solidarité entre couples, qui entraîne un lien imaginaire entre les deux catégories de couple, barré par l’anonymat du donneur dans la procédure actuelle ;
2) L’anonymat, conçu comme un moyen de préserver et de respecter l’intimité et l’équilibre du couple ;
3) La gratuité, conséquence de l’éthique du don altruiste qui fonde la circulation des gamètes.
Ce numéro propose d’explorer les nombreuses questions posées par ces modes d’assistance médicale à la procréation
dont sont témoins professionnels, juristes, biologistes de la reproduction et psychistes accompagnant ces couples, en particulier sur la construction de la parentalité, sur le rapport à l’enfant issu du don.
La dissociation de la procréation et de la sexualité nécessite un véritable travail psychique des protagonistes pour construire de nouveaux liens de filiation.

220 Les dispositifs cliniques au service du soin aux liens parents-enfants
Didier Drieu et Pierre Delio
n

Les modes d’interventions dans le travail clinique en institution avec les parents et les enfants sont aujourd’hui très variés.
D’abord centrés sur la recherche d’une meilleure alliance thérapeutique, ces dispositifs (groupes parents, groupes thérapeutiques parents-enfants…) sont organisés
pour solliciter une associativité groupale propre à mettre en lumière les souffrances familiales de manière diffractée mais aussi à en rendre possible une première élaboration.
Ainsi, un travail thérapeutique peut se constituer au-delà des symptômes de l’enfant sur les conditions ou préconditions de constitution des premiers liens parents-enfant,
mettant à jour par exemple des problématiques d’attachement, des modes d’alliance troublés face à un « démaillage » des enveloppes psychiques.
Ce numéro se donne pour objectif de faire le point sur ces expériences dans les institutions qui accueillent des enfants et des adolescents en souffrance
avec leur famille tout en discutant de leur portée dans le travail thérapeutique avec les familles en général.

221 Les violences dans l’actuel
Marion Feldman et Khalid Boudarse

Là où le fait historique avec sa brutalité demande à être pensé en respectant la temporalité des processus d’élaboration, les violences actuelles confrontent à l’urgence de produire une pensée sans délai.
L’échec de la tempérance des défenses intra et interpersonnelles sous l’effet de l’angoisse, voire de la frayeur, semble participer de ces processus.
Ces violences de l’actuel méritent une approche complexe qui interroge notamment les différents lieux potentiels de l’agir.
Car c’est peut-être un téléscopage de ces lieux qui conduit à ces violences actuelles ?
Couples, familles, institutions société, comme lieux potentiels de la source de l’agir sont interrogés, dans une interrelation horizontale et verticale.
Si la société a renoncé formellement à la violence, elle a, cependant, instauré une violence légale (Enriquez, 1987), qui nécessitera elle aussi d’être remise en question.
Pour ce faire, une lecture « complémentariste » s’impose, intégrant histoire, anthropologie, philosophie, géopolitique, sociologie.

222 Famille, couples, humains…augmentés
Marion Haza et Alain Ducousso-Lacaze

Humain augmenté, transhumanisme sont des notions qui sont presque devenues familières pour le sujet moderne.
Les avancées médicales et technologiques nous convoquent du côté des transformations de l’Homme, des liens et de ce qui fonde l’Humanité, posant des questions de tous ordres (philosophique, éthique, médical, psychologique…).
Ce numéro invite des spécialistes à partager l’état de leurs réflexions, notamment concernant les effets observés ou imaginaires sur le fonctionnement familial et/ou de couple : quels fantasmes sont à l’œuvre quand la science-fiction devient réalité avec l’utérus artificiel ? Quels sont les effets des réparations et des transformations des corps dans les liens intra et intergénérationnels ? Comment faire une place au robot dans le couple, la famille ? Par exemple, avec les nouvelles expérimentations auprès des enfants malades ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront abordées par des philosophes, anthropologues, sociologues, psychologues et psychanalystes.